Accueil | Accessibilité | Plan du site | Contact
Vous êtes ici > Accueil du site > Conseils > Les allergies aux pollens

Tous les ans, à cette époque, un même phénomène se produit. Nous en trouvons partout, tombés du ciel, ce ne sont pas les œufs de Pâques mais les pollens ! Plus de 25% des Français sont atteints de pollinose, l’allergie aux pollens, encore appelée « rhume des foins ». Ce taux a doublé en 30 ans et ne cesse d’augmenter et d’affecter de plus en plus de patients de tous âges. Poursuivez la lecture pour mieux comprendre cette allergie qui pourrait vous concerner !

CAUSES

Comme toutes les allergies, la pollinose est une réaction de l’organisme se produisant lors d’un contact avec un pollen, appelé allergène. La réaction allergique peut se déclencher à n’importe quel âge ! La pollution, la chaleur, l’humidité, le vent, la présence de plusieurs allergènes et la prédisposition familiale sont autant de facteurs de risque. Il existe plusieurs types de pollens allergisants :
- Pollens anémophiles : Petits et légers, ils parcourent des centaines de kilomètres ;
- Pollens entomophiles : Transportés par les insectes, ils jouent un rôle secondaire dans le déclenchement des allergies

Par ailleurs, il y a 3 grandes saisons polliniques de janvier à octobre :
- La saison des pollens d’arbres : Elle débute en janvier dans le sud de la France et se prolonge dans les régions du nord en avril. Les arbres qui provoquent le plus de réactions allergiques sont les bouleaux, les cyprès et les platanes.
- La saison des pollens des graminées : Les graminées poussent partout, aussi bien en ville qu’à la campagne, dans les fossés, le gazon, les bords de routes… Cette saison, de mi-avril à mi-juillet selon les régions, est la saison du « rhume des foins »
- La saison des pollens herbacées : Elle s’étale de la fin de l’été jusqu’à octobre. Elle est déclenchée par 50 000 espèces de plantes vivaces, présentes en ville, en bordures des routes ou des chemins. La plus connue est l’ambroisie qui provoque des épisodes de rhinite et d’asthme assez importants. Enfin, la présence dans l’air de quantité importante de pollens allergisants peut déclencher une pollution verte qui est une forme de pollution biologique. Le cyprès et l’ambroisie par exemple, provoquent des réactions allergiques qui ne dépendent plus seulement du terrain atopique (prédisposition de certains individus à développer des allergies) mais de la concentration de grains de pollens dans l’atmosphère.

SYMPTÔMES

Les allergènes libérés par les grains de pollens contenus dans l’air atteignent très rapidement :
- la muqueuse nasale : éternuements, démangeaisons, nez qui coule, nez bouché ;
- la gorge : irritation et toux ;
- les yeux : larmoiements, démangeaisons.

Les maladies développées par les patients allergiques sont des rhinites et des conjonctivites allergiques. De plus, près d’un allergique sur deux présente des épisodes de toux, d’essoufflement et de sifflement, caractéristiques de l’asthme. 80% des asthmes sont d’origine allergique ! D’autres symptômes peuvent également être associés (le palais et les oreilles qui démangent, des mots de tête, une fatigue, etc.)

Il y a aussi des allergies croisées pollens et aliments : Il peut exister des protéines qui se ressemblent dans des substances qui n’ont à priori rien en commun (par exemple l’ambroisie et la pomme). C’est pourquoi une personne allergique à l’ambroisie peut déclencher une allergie à la pomme.

CONSEILS DE PREVENTION

Face à une personne allergique aux pollens, le pharmacien peut lui conseiller de :
- dormir les fenêtres fermées même en été ;
- passer fréquemment l’aspirateur pour éliminer les autres agents allergisants (poussière, acariens, poils d’animaux, moisissures) ;
- se rincer les cheveux avant de dormir, afin d’éviter de déposer du pollen sur son oreiller ;
- éviter de se frotter les yeux ;
- éviter de tondre la pelouse ;
- éviter de fumer car le tabac aggrave l’allergie ; Pour les étudiants allergiques aux pollens, il est conseillé de consulter un médecin avant de passer les examens car les pics de pollens surviennent en général durant cette période.

TRAITEMENTS

Il existe plusieurs types de traitements.

Les traitements fréquents sont :
- les antihistaminiques, pour s’opposer aux effets de l’allergie, réduire les symptômes de rhinite et de conjonctivite allergique ;
- les corticoïdes, utilisés sous forme de pulvérisations nasales dans le cas de la rhinite allergique ;
- les stabilisateurs de mastocytes.

Les traitements de fond sont :
- La désensibilisation, également appelée « immunothérapie allergénique » est le seul traitement à agir directement sur le système immunitaire pour le rééquilibrer à l’aide de doses progressivement croissantes d’allergène, par voie sous-cutanée (injection) ou sublinguale depuis janvier 2011 (gouttes ou comprimés pour les allergies aux pollens de graminées). La désensibilisation est un traitement de la rhinite et/ou conjonctivite allergique modérée à sévère, et dans certains cas, de l’asthme léger à modéré. Ce traitement doit débuter plusieurs mois avant la saison pollinique et se poursuivre durant toute la saison. Un bilan doit être effectué après un an pour évaluer son efficacité qui conditionne la décision de poursuivre ou non le traitement entre 3 et 5 ans. La désensibilisation obtient de bons résultats avec un taux positif de 70% chez les personnes allergiques

L’homéopathie peut-être aussi utilisée en complément d’un traitement adapté.

www.openhealth.fr et www.pollens.fr pour le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (R.N.S.A.)

image de séparation pied de page
Pharmacie de la Grand Place - 9 Place Paul Vaillant-Couturier 59970 Fresnes-sur-Escaut – Tél.: 03 27 25 92 49